Coopérer avec le CNRS aux États-Unis et au Mexique

Navigation rapide

Programmes de financement et bourses de mobilité

Intéressé par une collaboration transatlantique ? Que vous soyez chercheur au CNRS ou chercheur américain ou mexicain, découvrez nos outils de collaboration internationale.

Les outils de coopération du CNRS

Le CNRS mise sur la flexibilité pour s’adapter à l’évolution de la science mondiale. Les accords bilatéraux, conclus avec les pays partenaires et leurs principales institutions de recherche et de financement, offrent de nombreuses possibilités aux chercheurs de s’engager dans une coopération scientifique de long terme.

En savoir plus sur les outils de collaboration et les mécanismes de financement du CNRS :

PhD joint programmes

Qu’est-ce qu’un PhD Joint programme (programme conjoint de thèse)?

Le PhD Joint Programme est un accord de recherche doctorale collaborative qui permet aux doctorants d’une université partenaire et aux doctorants des institutions affiliées au CNRS en France d’avancer sur leur projet de recherche sous la supervision conjointe d’un membre du corps professoral de l’université partenaire et d’un membre du corps professoral de l’institution affiliée au CNRS.

Le programme est généralement ouvert à des projets dans des disciplines variées et est financé conjointement par le CNRS et l’université partenaire. Le financement couvre les frais de mobilité pour les voyages, ainsi qu’une bourse de doctorat de trois ans pour l’étudiant diplômé inscrit dans un établissement affilié au CNRS.

Les projets sont sélectionnés pour un financement de trois ans.

À qui s’adressent-ils ?

Aux doctorants d’une université partenaire et aux doctorants des institutions affiliées au CNRS en France.

Comment obtenir une bourse ?

Postulez aux appels à propositions lancés par le CNRS et ses partenaires.

International Emerging Actions

Qu’est-ce qu’une International Emerging Action (action internationale émergente)?

Une International Emerging Action (IEA) est un projet “PI-to-PI” dont l’objectif est d’explorer de nouveaux domaines de recherche et de nouveaux partenariats internationaux par des missions de courte durée, l’organisation de réunions de travail et l’initiation d’une première recherche commune sur la base d’un projet scientifique partagé. Ces actions ont une durée de 2 ans.

À qui s’adressent-ils ?

Les International Emerging Actions s’adressent aux personnels travaillant dans une unité de recherche du CNRS et à leurs partenaires.

Comment participer à une IEA?

Les porteurs de projets sont invités à répondre à l’appel à propositions annuel lancé par la Direction Europe et International du CNRS dans toutes les disciplines.

En 2023, il y a 37 IEA aux États-Unis et au Mexique – 35 aux États-Unis et 2 au Mexique.

International Research Project

Qu’est-ce qu’un International Research Project (projet de recherche international – IRP)?

Un International Research Project (IRP) est un dispositif de recherche collaborative entre un ou plusieurs laboratoires du CNRS en France et un ou deux laboratoires de pays étrangers (États-Unis ou Mexique). Il renforce une collaboration déjà établie par le biais d’échanges scientifiques à court et moyen terme.

Il vise à organiser des réunions de travail ou des séminaires, à développer des activités de recherche conjointes, y compris des recherches sur le terrain, et à superviser des étudiants. Les équipes françaises et étrangères concernées doivent avoir déjà démontré leur capacité à collaborer (par exemple à travers une ou plusieurs publications communes).

Ces programmes ont une durée de cinq ans.

À qui s’adressent-ils ?

Un IRP est ouvert aux personnels travaillant dans une unité de recherche du CNRS et à leurs partenaires scientifiques en France et à l’étranger.

Comment soumettre un projet ?

Pour proposer un projet, les candidatures doivent être déposées auprès de l’institut scientifique du CNRS auquel l’unité du candidat est rattachée.

En 2023, il y a 37 IRP aux États-Unis et au Mexique – 32 aux États-Unis et 5 au Mexique.

International Research Network

Qu’est-ce qu’un International Research Network (réseau de recherche international – IRN) ?

Un International Research Network (IRN) est un réseau qui structure une communauté scientifique internationale autour d’un thème ou d’une infrastructure de recherche commune.

Il favorise l’organisation d’ateliers et de séminaires internationaux, ou d’écoles thématiques, organisés par les partenaires du réseau en France et à l’étranger. Il réunit des chercheurs d’un ou plusieurs laboratoires français, dont au moins un laboratoire du CNRS, et de plusieurs laboratoires partenaires à l’étranger.

À qui s’adressent-ils ?

Un IRN est ouvert aux personnels travaillant dans une unité de recherche du CNRS et à leurs partenaires scientifiques en France et à l’étranger.

Comment soumettre un projet ?

Pour proposer un projet, les candidatures doivent être déposées auprès de l’institut scientifique du CNRS auquel l’unité du candidat est rattachée.

Ces programmes ont une durée de cinq ans.

Nos International Research Networks aux États-Unis et au Mexique

En 2023, il y a 28 IRN aux États-Unis et au Mexique – 25 aux États-Unis et 3 au Mexique.

International Research Laboratory

Qu’est-ce qu’un International Research Laboratory (laboratoire de recherche international – IRL) ?

Un International Research Laboratory est une installation de recherche internationale où des activités de recherche sont menées conjointement autour d’axes scientifiques communs. Il structure la présence significative et durable de scientifiques issus d’un nombre limité d’institutions de recherche françaises et étrangères (un seul pays partenaire étranger) sur un site identifié.

Il comprend des installations qui rassemblent des scientifiques de différentes unités de recherche, y compris des laboratoires internationaux – unités mixtes internationales (UMI) et unités de service et de recherche (USR) à l’étranger – qui sont mises en place chaque fois que le soutien d’une structure de recherche opérationnelle (SOR) spécialisée est nécessaire. Ce type de collaboration est la forme la plus avancée de projet de recherche bilatéral.

Un IRL est proposé par les instituts scientifiques du CNRS selon leurs propres procédures, sur la base de collaborations internationales structurées, impliquant un haut degré d’internationalisation des équipes participantes et une forte localisation des activités de recherche dans un lieu commun.

Ces programmes ont une durée de cinq ans.

Nos International Research Laboratories aux États-Unis et au Mexique

En 2023, il y a 8 IRL aux États-Unis et au Mexique – 6 aux États-Unis et 1 au Mexique.

Le dernier laboratoire est une UMIFRE (Unité Mixte de Recherche à l’Etranger), le Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos – CEMCA), situé au Mexique et co-dirigé par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

International Research Center

Qu’est-ce qu’un International Research Center (centre de recherche international – IRC) ?

Un International Research Center (IRC) est une initiative ambitieuse, de niveau institutionnel, qui va au-delà d’un petit nombre de laboratoires ou d’équipes de recherche, comme c’est le cas pour d’autres initiatives structurées (IRL, IRP, IRN).

L’IRC vise à renforcer et à pérenniser des partenariats stratégiques avec des institutions d’excellence ayant un haut niveau de coopération avec le CNRS, impliquant différentes directions scientifiques et des thématiques de recherche variées.
Cette structure immatérielle renforce la coopération entre le CNRS et son partenaire en établissant de nouvelles collaborations pour répondre à des objectifs de recherche décidés en commun. Il est encadré par un dialogue stratégique régulier de haut niveau entre les deux institutions partenaires, et piloté par des organes institutionnels bilatéraux afin de promouvoir les synergies.

S’agissant d’un partenariat institutionnel, le CNRS n’envisage de n’en développer qu’une dizaine dans le monde.

Nos International Research Centers aux États-Unis

Le CNRS-UArizona IRC for Global Grand Challenges se concentre sur les grands défis sociétaux et sur le thème global de l’environnement au sens large (environnements planétaires et extra-planétaires, mais aussi environnement des données). L’UofA occupe une excellente position dans les classements américains et mondiaux pour les sciences de l’environnement, les sciences de l’eau, la recherche spatiale et les sciences de l’information, et dispose d’infrastructures de premier plan (LSST, Mirror Lab, Biosphere 2).

Le CNRS-UChicago IRC for Fundamental Scientific Discovery favorise stratégiquement l’émergence de nouvelles initiatives de collaboration pour répondre aux plus grandes questions de notre temps. Il favorise la transdisciplinarité en encourageant la participation de chercheurs dans les domaines de l’économie, des politiques publiques, des sciences sociales, des sciences humaines, de la biologie, de la physique, de la chimie, de l’ingénierie, des sciences de la terre et de l’espace et au-delà. En juin, trois premiers workshops ont été organisés à l’Université de Chicago dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences biologiques et des sciences quantiques, afin de structurer les axes stratégiques de travail de l’IRC pour les années à venir.

Dernières collaborations du CNRS

Autres programmes de financement

Les ambassade de France aux États-Unis et au Mexique disposent de plusieurs programmes de financement pour favoriser la mobilité des chercheurs et la collaboration bilatérale.

Programmes de l’Ambassade de France aux États-Unis

Le Service pour la science et la technologie de l’Ambassade de France aux États-Unis propose plusieurs programmes pour les étudiants et les chercheurs afin de soutenir la mobilité transatlantique dans le domaine des STEM (Science, Technologie, Ingénierie, Mathématiques).

Le Service fournit des fonds qui permettent généralement aux projets de recherche franco-américains d’initier des collaborations, un effet de levier qui peut ensuite les aider à solliciter des subventions auprès des grandes agences nationales (ANR, NSF).

Enfin, son nouveau programme, La Synapse, dédié à l’accélération de la deeptech française sur l’axe transatlantique, relie la recherche et l’entrepreneuriat, la science et la technologie, la France et les États-Unis, pour révéler le potentiel technologique de la France et la positionner comme un partenaire de choix pour les innovateurs en Amérique du Nord. Cette initiative regroupe les programmes suivants : NETVA, Start in France, French-American Innovation Days et les Learning Expeditions. Découvrez quelques unes de ces initiatives ci-dessous.

Programmes phares du Service pour la science et la technologie :

Financement d’un séjour dans un laboratoire partenaire en France, via le programme Châteaubriand fellowship pour des doctorants américains.

Le CNRS est partenaire de ce programme.

Mobilité transatlantique pour les étudiants et les jeunes chercheurs, par le biais du programme de recherche transatlantique (géré par le Service de coopération et d’action culturelle).

Il finance la mobilité des doctorants, des post-doctorants et des jeunes chercheurs, à tous les niveaux, dans les deux sens, dans le cadre de projets scientifiques conjoints menés par de jeunes scientifiques français et américains.

Le New Technology Venture Acceleratorest un programme de soutien aux États-Unis pour les start-ups françaises innovantes.

Financement d’un séjour d’une semaine en Francepour des doctorants américains afin de rencontrer d’autres doctorants français et de visiter des installations de recherche, dans le cadre du programme French American Doctoral Exchanges (FADEx) .

Le French American Innovation Day réunit des experts français et américains, des scientifiques, des entrepreneurs, des représentants de la société civile, des start-ups et des entreprises autour d’un thème clé de l’innovation.

Depuis le début des années 1990, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a créé cinq fonds de dotation avec de grandes universités américaines :

  • University of California at Berkeley
  • University of Chicago
  • Massachusetts Institute of Technology
  • Stanford University
  • University of Texas à Austin

Les sites Internet du Service pour la science et la technologie de l’Ambassade de France aux États-Unis et de La Synapse répertorient de nombreuses autres possibilités de financement, en dehors de l’Ambassade, pour les étudiants et les chercheurs.

Programmes de l’Ambassade de France au Mexique

Le Service de coopération scientifique de l’Ambassade de France au Mexique, ainsi que l’ Institut Français d’Amérique Latine (Instituto Francés de América Latina – IFAL), proposent plusieurs programmes pour étudiants et chercheurs afin de soutenir la mobilité franco-mexicaine dans un large éventail de disciplines scientifiques (archéologie, astronomie, agronomie, mathématiques, santé, anthropologie, nanotechnologies, etc.).

L’Ambassade apporte des financements qui permettent généralement l’émergence de projets de recherche franco-mexicains ou l’approfondissement d’une collaboration, un effet de levier qui peut ensuite les aider à solliciter des subventions auprès de grandes agences nationales.

Il existe plusieurs types de programmes :

Programme ECOS Nord (Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères & Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, avec ANUIES, CONAHCYT et SEP) : ce programme apporte un soutien à la mobilité des doctorants et des chercheurs pour des projets de recherche conjoints. Il finance des échanges entre chercheurs sous forme de missions de courte durée et des cours de perfectionnement pour les doctorants participant aux projets sélectionnés. Il est ouvert à tous les domaines de la connaissance.

Il existe un programme de bourses conjoint avec le CONAHCYT pour la mobilité des doctorants.

Bourses du Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos – CEMCA) : cette Unité Mixte des Instituts Français à l’Etranger (UMIFRE), gérée conjointement par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le CNRS, concentre ses recherches sur l’anthropologie du politique et la construction des formes d’identité, les dynamiques préhispaniques, l’histoire sociale et politique, et les dynamiques sociales contemporaines. Le CEMCA soutient régulièrement la mobilité des post-doctorants en finançant des séjours de recherche.

Bourses postdoctorales de Campus France (Convocatoria para programma franco-mexicano de postdoctorado) : le programme soutient la mobilité et les séjours scientifiques des chercheurs postdoctoraux impliqués dans des projets de recherche. Les objectifs sont de renforcer les échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Mexique, d’encourager de nouvelles collaborations et de favoriser le développement de projets de recherche scientifique conjoints, d’encourager la participation de post-doctorants mexicains à des projets de recherche conjoints, de soutenir la mobilité académique et scientifique entre les deux pays, d’encourager la promotion et la valorisation d’activités de recherche conjointes par les communautés scientifiques des deux pays, de développer des synergies entre les communautés scientifiques des deux pays afin de créer des réseaux de recherche structurés et durables de haut niveau.

Bourse doctorale en cotutelle de Campus France (Becas para Doctorados en cotutela) : afin de renforcer la coopération universitaire et scientifique au niveau du troisième cycle entre la France et le Mexique, l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) – Ambassade de France au Mexique propose un programme de bourses pour financer la mobilité vers la France d’étudiants souhaitant poursuivre un double diplôme au niveau du doctorat en cotutelle.

Programme de soutien au Collège franco-mexicain des sciences humaines (avec le CEMCA) : aide à la mobilité des chercheurs en sciences humaines et sociales

Le site Internet du Service de coopération scientifique de l’Ambassade de France au Mexique répertorie de nombreuses autres opportunités de financement, en dehors de l’Ambassade, pour les étudiants et les chercheurs. L’IFAL publie également régulièrement des appels à propositions pour les chercheurs dans divers domaines scientifiques.

Préparer sa mission

Vous appartenez au CNRS et souhaitez effectuer une mission à l’étranger dans le cadre de vos fonctions, aux États-Unis ou au Mexique ? Découvrez ci-dessous toutes nos ressources administratives et pratiques pour vous assurer le meilleur séjour possible.

La préparation de votre mission aux États-Unis ou au Mexique est un élément essentiel d’un séjour réussi. Qu’il s’agisse de consulter les ressources du CNRS pour préparer sa mission, de prendre rendez-vous avec le consulat du pays concerné ou de vérifier la situation sécuritaire de la région visitée, chacun doit veiller à respecter les étapes nécessaires à la réussite de sa mission.

Créer sa mission

Créez votre mission internationale sur l'intranet du CNRS

Exigences administratives

Avant le départ, vérifier les exigences administratives dans la zone cible

Sécurité

Bénéficiez des ressources mises à disposition par le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères

Ressources

Préparer sa mission aux États-Unis

Pour préparer un voyage aux États-Unis, vous devez d’abord identifier vos besoins.

Vous devez disposer d’un ordre de mission spécifiquement délivré pour votre voyage. L’onglet “Partir en mission” du site intranet du CNRS détaille les démarches essentielles à effectuer avant, pendant et après votre mission.

Formalités administratives requises pour se rendre aux États-Unis.

Si vous êtes un citoyen français et que vous séjournez aux États-Unis pour moins de 90 jours, vous pouvez bénéficier du programme d’exemption de visa ESTA. Au-delà de cette période, un visa sera nécessaire, quelle que soit la raison de votre séjour.

Nous vous invitons à vérifier ci-dessous la situation qui vous concerne, via le site du Consulat des États-Unis en France.

A l’étranger, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères s’attache à défendre et à promouvoir les intérêts des ressortissants français.

En cliquant sur “Conseils aux voyageurs”, vous serez informé des dernières informations sur la situation sécuritaire aux États-Unis et bénéficierez de conseils préventifs en matière de sécurité, dans le but de faciliter la préparation et le bon déroulement de votre séjour à l’étranger.

Par ailleurs, le site Ariane (également géré par le ministère) permet à tous les Français effectuant un voyage ou une mission de courte durée à l’étranger de moins de 6 mois de s’inscrire gratuitement, afin de recevoir par e-mail, SMS ou téléphone les consignes de sécurité en temps réel dans le pays de destination, et de faire connaître leur présence dans le pays en cas de crise majeure. Pour les séjours de plus de six mois, les ressortissants français doivent s’inscrire au Registre des Français établis hors de France.

Préparer sa mission au Mexique

Pour préparer un voyage au Mexique, vous devez d’abord identifier vos besoins.

Vous devez disposer d’un ordre de mission spécifiquement délivré pour votre voyage. L’onglet “Partir en mission” du site intranet du CNRS détaille les démarches essentielles à effectuer avant, pendant et après votre mission.

Formalités administratives pour se rendre au Mexique

Si vous êtes citoyen français et que vous séjournez au Mexique pour une durée inférieure à 180 jours, sans exercer d’activité rémunérée, vous n’avez pas besoin de visa. Au-delà de cette période, un visa est nécessaire, quel que soit le motif du séjour.

Nous vous invitons à vérifier ci-dessous la situation qui vous concerne, via le site du Consulat du Mexique en France.

Si vous envisagez un séjour scientifique au Mexique, nous vous conseillons vivement de vous identifier auprès de l’attaché scientifique de l’Ambassade de France au Mexique.

A l’étranger, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères s’attache à défendre et à promouvoir les intérêts des ressortissants français.

En cliquant sur “Conseils aux voyageurs”, vous serez informé des dernières informations sur la situation sécuritaire au Mexique et bénéficierez de conseils préventifs en matière de sécurité, dans le but de faciliter la préparation et le bon déroulement de votre séjour à l’étranger.

Le site Ariane (également géré par le ministère) permet à tous les Français effectuant un voyage ou une mission de courte durée à l’étranger de moins de 6 mois de s’inscrire gratuitement, afin de recevoir par e-mail, SMS ou téléphone les consignes de sécurité en temps réel dans le pays de destination, et de faire connaître leur présence dans le pays en cas de crise majeure. Pour les séjours de plus de six mois, les ressortissants français doivent s’inscrire au Registre des Français établis hors de France.