Premier workshop de l’International Research Center (IRC) CNRS-U. Chicago Discovery

Une délégation du CNRS s’est rendue à Chicago du 5 au 7 juin pour participer à l’atelier de lancement du centre international de recherche CNRS – Université de Chicago sur la découverte scientifique fondamentale « IRC Discovery ».

© University of Chicago

L’IRC «Discovery », inauguré en novembre 2022, vise à instaurer un dialogue stratégique avec l’Université de Chicago, partenaire académique majeur du CNRS, afin d’impulser des projets d’envergure visant à réfléchir et répondre ensemble aux grands défis de notre monde. Il s’agit pour le CNRS du quatrième partenariat de ce type dans le monde et du second aux États-Unis.

L’objectif de cette rencontre était de poursuivre la réflexion sur les synergies entre les deux institutions, et de définir en particulier les axes scientifiques prioritaires de l’IRC. Ainsi, une délégation du CNRS, composée d’environ vingt scientifiques et cadres de l’institution, s’est réunie avec une délégation de scientifiques et de représentants de l’université de Chicago pour échanger sur le sujet. Parmi les participants figuraient notamment, pour le CNRS, Antoine Petit, président-directeur général, Alain Schuhl, Directeur général délégué à la Science, et pour l’Université de Chicago, Paul Alivisatos, président ainsi que Juan de Pablo, vice-président exécutif chargé des sciences, de l’innovation, des laboratoires nationaux et des initiatives mondiales.

Trois ateliers en sciences humaines et sociales, sciences biologiques et sciences quantiques ont été organisés durant la rencontre. Ces groupes de travail ont permis aux chercheurs CNRS et à leurs homologues de l’Université de Chicago d’échanger afin d’identifier de potentielles initiatives de recherche collaboratives à mettre en place, sur la base des coopérations existantes et d’intérêts communs sur des développements futurs.

Les discussions ont révélé une complémentarité et une expertise évidentes. L’atelier en sciences humaines et sociales a souligné la nécessité de créer un Laboratoire international de recherche (IRL) commun. De son côté, le groupe de travail en biologie a pointé l’importance de capitaliser sur l’existence de communautés fortes en biologie marine, tant au CNRS qu’à l’Université de Chicago. Enfin, il a été rappelé pendant l’atelier en sciences quantiques que la mobilité étudiante était indispensable à la discipline. Dans ce contexte, les participants ont exprimé leur intention de développer des programmes internationaux attractifs pour les étudiants et post-doctorants.

Restitution des conclusions de l’atelier en sciences biologiques (© CNRS)

Visite du Laboratoire national Argonne par le CNRS (© CNRS)

Lors de cette visite, la direction du CNRS a eu l’opportunité de visiter en parallèle le centre Polsky pour l’entrepreneuriat et l’innovation de l’Université de Chicago ainsi que le laboratoire national Argonne. Le centre Polsky est un vecteur de création d’entreprise qui soutient deux programmes d’accélérateurs sectoriels et d’opportunités d’investissement dédiés à la transformation des innovations technologiques en startups (Duality, sur le soutien aux entreprises innovantes dans le domaine des technologies quantiques, et Transform, destiné aux entreprises en phase de démarrage qui utilisent les progrès de la science des données et de l’intelligence artificielle). Le CNRS est lui-même très impliqué dans l’accompagnement à la création de start-up, via sa filiale CNRS Innovation, ce qui constitue un potentiel de coopération intéressant pour les deux institutions. Argonne, quant à lui, est un centre de recherche scientifique et technique multidisciplinaire créé en 1946 par le Département de l’Énergie (DoE) des États-Unis et par l’Université de Chicago, initialement pour soutenir et accompagner les efforts de recherche du pays dans le domaine de l’utilisation de l’énergie nucléaire. De nombreuses collaborations entre le CNRS et le DoE sont déjà en cours et l’IRC pourrait bénéficier des relations de l’université avec Argonne.

Si ce premier workshop a priorisé les sciences humaines et sociales, les sciences biologiques et les sciences quantiques, des discussions ont été entreprises pour étudier la faisabilité de collaborations dans d’autres disciplines, notamment en chimie. Ces échanges pourraient amener l’IRC à renforcer son expertise scientifique pluridisciplinaire. En conclusion de la visite, les deux Présidents se sont engagés à soutenir le développement de projets à réaliser dans le cadre de l’IRC afin de continuer à faire avancer les travaux de découverte scientifique.

L’IRC est un dispositif ambitieux sur le long terme visant à approfondir un dialogue existant entre le CNRS et un partenaire international d’excellence. Cette structure immatérielle renforce la coopération entre les deux institutions en établissant de nouvelles collaborations pour répondre à des objectifs de recherche décidés conjointement. L’IRC Discovery représente l’étape ultime d’intégration de la longue collaboration du CNRS avec l’Université de Chicago, déjà constituée de projets et de réseaux bilatéraux, de thèses conjointes et de nombreuses co-publications.

Partager cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn

Vous souhaitez vous abonner à la lettre d'information AdN ?

Articles similaires